Page 193


Mercredi 4 janvier 2006

Les Chantiers de l'Atlantique ne sont plus français




Les Chantiers de l'Atlantique Alstom Marine de Saint-Nazaire, ont été vendus "à un prix d'ami" (pour qui ?) au groupe européen finlando-norvégien Aker Yards.
Il n'y aura pas de retombée sur l'emploi assure-t-on. Quel crédit sérieux peut-on accorder de nos jours à une telle promesse même si celle-ci a été faite de bonne foi dans l'euphorie du moment ?
Il est vrai que les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent (Henri Queuille, président du Conseil sous la IVème République).
Il en va de même pour les médias qui d'habitude en font des tonnes et des tonnes pour un oui ou pour un non, dans cette affaire-là c'était plutôt le genre service minimum. Comme s'il convenait de ne pas trop s'attarder sur un sujet qui risque de fâcher.
Il est tout aussi navrant d'entendre le silence assourdissant de nos politiciens sur cette 'vente', eux qui pourtant ne manquent jamais une occasion de mettre en avant, la main sur le cœur, que seul l'intérêt qui les guide est celui de la France.
Est-ce pour ces gens-là l'intérêt de notre pays que de l'emputer ainsi ? La question leur reste posée.
* * *